HISTOIRE DE SAGESSE

Cérémonie du thé
Cérémonie du thé

 

 

Il était une fois un Mahatma qui vivait au plus profond de la forêt. Un érudit vin un jour lui rendre visite. Le savant était très pressé et il dit au Mahatma : "Vénérable sage, pouvez-vous me parler de la méditation ?" Le Mahatma sourit et dit : "Pourquoi êtes-vous si pressé ?" Asseyez-vous, détendez-vous et prenez une tasse de thé. Nous discuterons ensuite, il y a le temps." Mais l'érudit était très agité et impatient. Il répondit : "Pourquoi pas maintenant ? Dites-moi quelque chose au sujet de la méditation !" Le Mahatma insista néanmoins pour que l'érudit s'assoie, se détende et prenne une tasse de thé avant d'aborder le sujet. Le visiteur dut  céder et finit par s'asseoir. Il lui fut toutefois impossible de se détendre car ce n'est pas dans la nature du savant. Intérieurement, il parlait sans arrêt.

 

     Le Mahatma prit son temps. Il prépara le thé et revint auprès de l'érudit, qui l'attendait avec impatience. Il lui tendit une tasse et une soucoupe, puis se mit à verser le thé. La tasse se remplit, déborda, mais le Mahatma ne cessait pas de verser. Le savant cria : "Que faites-vous ? La tasse est pleine  ! Arrêtez !" Mais le Mahatma continua. Le thé déborda dans la soucoupe et de la soucoupe, se mit à couler sur le sol. L'érudit cria de toutes ses forces : "Hé ! Etes-vous aveugle ! Ne voyez-vous pas quela tasse est pleine et ne peut contenir une goutte de plus ?"

 

      Le Mahatma sourit et cessa de verser. "C'est juste" dit-il. "La tasse est pleine et ne peut contenir une goutte de plus. Tu sais donc qu'une tasse pleine ne peut recevoir davantage. Comment pourrais-tu alors, toi qui est plein à ras bord d'informations, m'écouter lorsque je parle de méditation ? C'est impossible. Vide d'abord ton mental et ensuite, je te parlerai. La méditation est cependant une expérience que l'on ne peut expliquer verbalement. On n'y accède qu'en se libérant du mental et des pensées."

  

"Eveillez-Vous, Mes Enfants !" Tome VII

Ma Amritanandamayi (Amma

 

 

Cette histoire appartient à différentes traditions orientales (soufie, yoga, ...). Ce texte précisément est extrait d'un livre d'enseignements du Yoga.