JUIN 2020

www.youtube.com/watch?v=jaty2s3mQ4Y

 

Amma International Yoga Day

juillet 2020

 

 

"L'amour est le fondement de la vie, 90 % des problèmes physiques et mentaux auxquels nous sommes confrontés proviennent des souffrances et des chagrins du passé. Chacun de nous porte des blessures qui ne sont pas guéries. La science médicale n'a pas trouvé le remède ; il en existe pourtant un : ouvrir notre cœur à tous."
Paroles d'Amma « Tout est en vous » p.155

MESSAGE de WHITE EAGLE

 

de la nation HOPI

 

 

"Ce que l'humanité traverse en ce moment peut être considéré comme un portail et un trou noir*. La décision de tomber dans le trou noir* ou de passer par le portail dépend de vous. S'ils se repentent du problème et consomment les informations 24 heures sur 24, avec peu d'énergie, nerveux tout le temps, avec pessimisme, ils tomberont dans le trou*. Mais si vous saisissez cette occasion pour vous regarder, repenser la vie et la mort, prendre soin de vous et des autres, vous traverserez le portail. Prenez soin de votre maison, prenez soin de votre corps. Connectez-vous avec le corps central de votre maison spirituelle. Connectez-vous à l’égrégore de votre foyer spirituel. Corps, maison, corps moyen, maison spirituelle, tout cela est synonyme, c'est-à-dire la même chose. Lorsque vous en prenez soin, vous vous occupez de tout le reste. Ne perdez pas la dimension spirituelle de cette crise, ayez l'aspect de l'aigle, qui d'en haut, voit le tout, voit plus largement. Il y a une demande sociale dans cette crise, mais il y a aussi une demande spirituelle. Les deux vont de pair. Sans la dimension sociale, nous tombons dans le fanatisme. Mais sans la dimension spirituelle, nous tombons dans le pessimisme et le manque de sens. Vous étiez prêt à traverser cette crise. Prenez votre boîte à outils et utilisez tous les outils à votre disposition. Apprenez-en davantage sur la résistance des peuples autochtones et africains : nous avons toujours été et continuons d'être exterminés. Mais nous n'avons toujours pas cessé de chanter, de danser, d'allumer un feu et de nous amuser. Ne vous sentez pas coupable d'être heureux pendant cette période difficile. Vous n'aidez pas du tout en étant triste et sans énergie. Cela aide si de bonnes choses émanent de l'Univers maintenant. C'est par la joie que l'on résiste. De plus, lorsque la tempête passera, vous serez très important dans la reconstruction de ce nouveau monde. Vous devez être bien et fort. Et, pour cela, il n'y a pas d'autre moyen que de maintenir une vibration belle, heureuse et lumineuse. Cela n'a rien à voir avec l'aliénation. Il s'agit d'une stratégie de résistance. Dans le chamanisme, il existe un rite de passage appelé la quête de la vision. Vous passez quelques jours seul dans la forêt, sans eau, sans nourriture, sans protection.                                                                        Lorsque vous passez par ce portail, vous obtenez une nouvelle vision du monde, car vous avez affronté vos peurs, vos difficultés ... C'est ce qu'on vous demande. Laissez-les profiter de ce temps pour effectuer leurs rituels de recherche de vision. Quel monde voulez-vous vous construire ? Pour l'instant, voici ce que vous pouvez faire : la sérénité dans la tempête. Calmez-vous et priez. Tous les jours. Établissez une routine pour rencontrer le sacré tous les jours. De bonnes choses émanent, ce que vous émanez maintenant est la chose la plus importante. Et chantez, dansez, résistez par l'art, la joie, la foi et l'amour."

White Eagle, de la nation Hopi

* Trou noir : En astrophysique, un trou noir est un objet céleste si compact que l'intensité de son champ gravitationnel empêche toute forme de matière ou de rayonnement de s'en échapper. ..... En particulier, la matière happée par un trou noir est ..... "engloutie"... https://fr.wikipedia.org/wiki/Trou_noir

L'énergie est la forme subtile de la matière.  Si, dans la définition ci-dessus nous remplaçons le mot "matière" par énergie et que nous rapportons l'image du "trou noir" à l'être humain, les énergies d'émotions, de sentiments et de pensées sont "engloutis", happés en nous. En résultent ressassement, ruminations, anxiétés et angoisses.                                                                            Dans la crise sanitaire et maintenant économique que nous vivons, dans la situation de confinement et déconfinement (ou plutôt "semi-confinement") qui nous est imposée, soyons attentifs, vigilants à nos pensées, nos émotions, nos sentiments, nos paroles. C'est l'enseignement du Yoga.                                                Alors nous ne deviendrons pas des  "trous noirs si compacts" ; nous demeurerons dans la légèreté de "la joie, la foi, l'amour" à laquelle nous invite White Eagle et tous les enseignements spirituels.

L'ESTIME  DE  SOI

 

Un conte à se rappeler dans les moments de doute...

 

 

Il était une fois, un roi bon et juste qui avait pris beaucoup de soin à agrémenter les immenses jardins de son château avec toutes sortes d’arbres, de plantes et de fleurs, tous aussi beaux, majestueux et parfumés les uns que les autres. Ses jardins resplendissaient de beauté et offraient un spectacle inégalé à mille lieues alentours.

 

Il prenait un plaisir chaque jour renouvelé à se promener dans ces jardins habillés par autant de grands arbres dont les cimes tutoyaient les nuages que de petits massifs de fleurs aux couleurs changeantes et aux parfums enivrants.

 

Un jour, le bon roi dut s’absenter pour un voyage officiel.

 

À son retour, il n’avait qu’une hâte : retrouver les couleurs, les parfums et la composition harmonieuse de ses jardins. Il eut un choc en constatant que les plantes et les arbres qu’il aimait tant étaient en train de mourir et sécher. Il s’adressa au pin, autrefois majestueux et plein de vie, et lui demanda ce qui avait bien pu se passer.

 

Le pin lui répondit avec un air triste : « J’ai regardé le pommier et je me suis dit que jamais je ne serai capable de produire d’aussi beaux et bons fruits qu’il ne porte. Je me suis découragé et j’ai commencé à sécher. »

 

Le roi alla trouver le pommier qui lui aussi était sur le point de mourir. Il l’interrogea à son tour et celui-ci dit avec un air plus triste encore : « En regardant la rose et en sentant son parfum enivrant, je me suis dit que jamais je ne serai aussi agréable à regarder et aussi parfumé qu’elle. C’est alors que je me suis mis à sécher. »

 

Comme la rose était elle-même en train de sécher, il alla lui parler et elle lui avoua avec l’air le plus triste du monde : « Comme c’est dommage que je n’aie pas l’âge de l’immense érable sage planté au loin ! Comme c’est dommage que mes feuilles ne deviennent pas aussi dorées comme les siennes à l’automne ! Dans ces conditions, à quoi bon vivre et faire des fleurs, aussi parfumées soient-elles ? Je me suis donc mise à dépérir. »

 

C’est alors qu’une toute petite fleur attira l’attention du roi. Alors qu’il l’avait à peine remarquée auparavant, elle semblait aujourd’hui capter toute la lumière et baigner les jardins de son doux parfum. Elle n’était en rien comparable aux autres végétaux desséchés du jardin. Le roi, intrigué, l’interrogea sur sa surprenante vitalité.

 

« J’ai failli me dessécher, répondit-elle, car au début je me désolais. Jamais je n’aurai la majesté d’un pin qui conserve sa verdure toute l’année ; ni la beauté et encore moins le parfum de la rose ; et que dire de la sagesse de l’érable ! Désespérée que j’étais, j’ai voulu mourir moi-aussi. Puis je me suis rappelé que vous aviez choisi de me placer ici, de m’arroser, de prendre soin de ma terre, vous m’avez accordé autant d’importance qu’au pin, qu’à la rose et qu’à l’érable, c’est donc que vous vouliez de moi autant que des autres, telle que je suis, et que j’ai toute ma place dans ce jardin. A partir de ce moment-là, j’ai décidé de m’aimer telle que je suis et de contribuer à mon niveau à rendre ce jardin aussi agréable que possible. C’est exactement ce à quoi je m’emploie depuis que vous êtes parti et ce à quoi je m’emploierai tant que je serai en vie. »

 

Auteur inconnu

 

 

LE YOGA

 

"Se battre contre les blessures du passé ne fera qu'approfondir ces blessures. La relaxation est la méthode qui guérit les blessures du mental, non la réaction."

 

Amma

 

Dans le Yoga, on parle beaucoup du Hatha-Yoga, le Yoga postural. Mais dans la Science du Yoga, sachez qu'il y a toute une alchimie qui doit se faire à travers le corps physique, toute une alchimie qui doit se faire à travers le corps éthérique, toute une alchimie qui doit se faire à travers le corps astral. C'est une voie d'évolution, c'est une voie spirituelle.

 

 

 

« Toutes les formes de yoga sont une préparation au dhyana yoga, le yoga de la méditation. La pratique du hatha yoga purifie les corps, la pratique du bhakti yoga purifie la personnalité émotionnelle et la pratique de jnana yoga purifie l'intellect. Une fois ces formes de yoga prises en compte, vous pouvez vous tourner vers les pratiques de méditation. »

 

 

 

Paramhansa Satyananda Saraswati



 

LA SPIRITUALITE

 

"La spiritualité n'est pas un voyage vers l'ailleurs, il s'agit d'un voyage de retour. Nous retournons à la source originelle de nos existences. Au cours de ce processus, il nous faudra traverser les couches d'émotions que nous avons accumulées jusque-là. Elles sont la cause de notre souffrance. Si nous sommes ouverts en traversant ces couches, nous les dépasserons et les transcenderons, ce qui nous mènera finalement  la paix et à la béatitude suprêmes."

AMMA

 

Le chemin du Yoga nous amène à cet état d'ouverture.

 

 

MAI  2018

L'ESTIME  DE  SOI

 

 

Un conte à se rappeler dans les moments de doute ....

 

Il était une fois, un roi bon et juste qui avait pris beaucoup de soin à agrémenter les immenses jardins de son château avec toutes sortes d’arbres, de plantes et de fleurs, tous aussi beaux, majestueux et parfumés les uns que les autres. Ses jardins resplendissaient de beauté et offraient un spectacle inégalé à mille lieues alentours.

Il prenait un plaisir chaque jour renouvelé à se promener dans ces jardins habillés par autant de grands arbres dont les cimes tutoyaient les nuages que de petits massifs de fleurs aux couleurs changeantes et aux parfums enivrants.

Un jour, le bon roi dut s’absenter pour un voyage officiel.

À son retour, il n’avait qu’une hâte : retrouver les couleurs, les parfums et la composition harmonieuse de ses jardins. Il eut un choc en constatant que les plantes et les arbres qu’il aimait tant étaient en train de mourir et sécher. Il s’adressa au pin, autrefois majestueux et plein de vie, et lui demanda ce qui avait bien pu se passer.

Le pin lui répondit avec un air triste :  » J’ai regardé le pommier et je me suis dit que jamais je ne serai capable de produire d’aussi beaux et bons fruits qu’il ne porte. Je me suis découragé et j’ai commencé à sécher. »

Le roi alla trouver le pommier qui lui aussi était sur le point de mourir. Il l’interrogea à son tour et celui-ci dit avec un air plus triste encore :  » En regardant la rose et en sentant son parfum enivrant, je me suis dit que jamais je ne serai aussi agréable à regarder et aussi parfumé qu’elle. C’est alors que je me suis mis à sécher. »

Comme la rose était elle-même en train de sécher, il alla lui parler et elle lui avoua avec l’air le plus triste du monde: « Comme c’est dommage que je n’ai pas l’âge de l’immense érable sage planté au loin ! Comme c’est dommage que mes feuilles ne deviennent pas aussi dorées comme les siennes à l’automne ! Dans ces conditions, à quoi bon vivre et faire des fleurs, aussi parfumées soient-elles ? Je me suis donc mise à dépérir. »

C’est alors qu’une toute petite fleur attira l’attention du roi. Alors qu’il l’avait à peine remarquée auparavant, elle semblait aujourd’hui capter toute la lumière et baigner les jardins de son doux parfum. Elle n’était en rien comparable aux autres végétaux desséchés du jardin. Le roi, intrigué, l’interrogea sur sa surprenante vitalité .

« J’ai failli me dessécher, répondit-elle, car au début je me désolais. Jamais je n’aurai la majesté d’un pin qui conserve sa verdure toute l’année ; ni la beauté et encore moins le parfum de la rose; et que dire de la sagesse de l’érable ! Désespérée que j’étais, j’ai voulu mourir moi-aussi. Puis je me suis rappelé que vous aviez choisi de me placer ici, de m’arroser, de prendre soin de ma terre, vous m’avez accordé autant d’importance qu’au pin, qu’à la rose et qu’à l’érable, c’est donc que vous vouliez de moi autant que des autres, telle que je suis, et que j’ai toute ma place dans ce jardin. A partir de ce moment là, j’ai décidé de m’aimer telle que je suis et de contribuer à mon niveau à rendre ce jardin aussi agréable que possible. C’est exactement ce à quoi je m’emploie depuis que vous êtes parti et ce à quoi je m’emploierai tant que je serai en vie. »

 

Auteur inconnu